Bois des Pins

Contexte de l’étude: 

La réhabilitation du Bois des Pins, magnifique pinède du centre de Beyrouth a été possible à partir de 1992 grâce au partenariat de la Région Île-de-France comme bailleur de fonds, de l’IAURIF (Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Île-de-France) pour le concours et les études préalables, le CDR (Conseil du Développement et de la Reconstruction) pour ce qui concerne l’appel d’offres et le suivi, le co-pilotage du projet étant assuré par l’Agence des Espaces Verts (AEV) de la Région Île-de-France.

 Bois des Pins

En 1999, à l’occasion de la signature de l’accord de coopération entre la Région Île-de-France et la Municipalité de Beyrouth, une partie de ce Bois alors réhabilité – le « mail » (soit 10 % de sa superficie) - fut inaugurée par les deux Présidents et ouverte au public.

Dans le but d’une ouverture complète, une seconde tranche de travaux consistant principalement en la réalisation d’équipements (allées, clôture, aire de jeux pour les enfants,…)  était alors engagée à l’intérieur du parc comme à ses abords.

 Bois de Pins

à  partir de 2001 et dans la logique des travaux effectués, la Municipalité a alors décidé de promouvoir et d’utiliser les potentiels du Bois des Pins comme support d’éducation à l’environnement, de faciliter son appropriation et de garantir son respect par ses futurs visiteurs. La Région Île-de-France l’a accompagné sur l’ensemble du projet tandis qu’en octobre 2002 une exposition photos sur le Bois des Pins et son environnement social, intitulée «Vivre le Bois des Pins» était inaugurée lors du sommet de la francophonie. La clôture de l’exposition a été l’occasion d’une ouverture exceptionnelle du parc au public et un livre du même nom a été publié.

En 2005, alors même que le Liban vivait des moments dramatiques, la dynamique lancée s’est cependant renforcée à travers la construction, au milieu du parc, d’un centre d’activités appelé «Maison Verte» du Bois des Pins, capable d’accueillir les activités des éco-guides et animateurs en environnement déjà formés au Liban et de proposer des «classes vertes» aux élèves des classes primaires, des collèges et des lycées, selon une pédagogie adaptée à chacun des niveaux.

 Bois des Pins

Dans un premier temps co-gérée par la Municipalité de Beyrouth avec l’association française des Amis du Bois des Pins, le centre d’animation a vu son fonctionnement confié à l’association libanaise T.E.R.R.E. Liban (Tentons Ensemble de Réaliser un Rêve pour nos Enfants), spécialisée dans l'éducation à l'environnement dans le cadre d’un contrat passé avec la Municipalité.

Le contexte politique et sociologique libanais n’ayant pas permis une ouverture pérenne du Bois des Pins au grand public, la présence de T.E.R.R.E. Liban et le maintien d’activités à travers les scolaires ont assuré un service aux populations en accord avec un objectif d’éducation à l’environnement menée dans et autour du parc .