Formation aux NTIC

Contenu de l’étude: 

Favoriser l’accès des jeunes de Beyrouth aux NOUVELLES technologies de l’information et de la communication (NTIC)

Plus de 50% de la population au Liban est âgée de moins de 25 ans et 26% a moins de 14 ans (source UNDP). Malgré le manque de statistiques il est possible d’envisager pour le futur, qu’une grande majorité de la population jeune est exposée à une économie précaire, une situation sociale et politique instable. Cela a pour conséquence un fort taux de chômage et d’immigration parmi la jeunesse libanaise. A cela s’ajoute le faible service éducatif et les conditions de vie difficiles pour les jeunes des quartiers défavorisés.

Or, les NTIC sont un outil de développement social et économique au niveau international. Mais le Liban est face à un grand manque dans ce domaine : le nombre d’écoles publiques équipées de salles informatiques ne dépassent pas 15% et les écoles publiques n’allouent pas suffisamment de ressources aux TIC.

Dans ce contexte, l’association AMEL considère que le développement viable de la société Libanaise est indéniablement lié au respect des droits humains, économiques, sociaux et environnementaux de chacun, le développement durable ne pouvant s'avérer efficace et positif sans actions effectives visant à offrir aux hommes et aux femmes la possibilité de vivre dans des conditions décentes.

Amel a donc pour objectif de contribuer activement et concrètement au développement durable du Liban par le biais de diverses activités dont la finalité est l’amélioration des conditions de vie et la situation économique des populations les plus défavorisées. Sa politique d’intervention vise à dynamiser la participation des populations locales dans la mise en place de projets et à encourager les initiatives. Les femmes et les jeunes font partie des priorités de l’association, et leur participation est sollicitée pour l’ensemble des programmes mis en œuvre.

Ce projet s’articule autour de deux composantes :

  • l’amélioration des capacités d’apprentissage et des connaissances générales des jeunes, ainsi que des moins jeunes.
  • la création d’un « espace sûr » dans un centre de Amel à Beyrouth afin d’améliorer la liberté d’expression et favoriser le dialogue intercommunautaire.

Outre la réhabilitation d’un espace destiné au centre, le projet se décline en différents types d’actions :

  • Mise en relation avec les écoles publiques de Beyrouth, intéressées par le projet, recrutement d’élèves désireux de participer au projet
  • Etablissement de collaboration avec les écoles et d’un planning pour les cours d’informatique
  • Mise en pratique des cours théoriques, afin que chacun des jeunes présente devant la classe un exposé/projet, choisi par lui-même.
  • Interventions sur méthodologie de réalisation d’un CV, lettre de motivation, dossiers d’admission à l’université, recherche de travail…, pour les bénéficiaires les plus âgés.
  • Organisation de discutions fréquentes, débats, sur des sujets économiques, sociaux, scolaires, de droits humain… Les bénéficiaires seront encouragés à utiliser l’outil informatique afin de préparer leur interventions lors des discutions.
  • Développement d’un réseau entre étudiants et entreprises libanaises afin de faciliter l’insertion professionnelle des jeunes.
  • Création d’une base de données en ligne regroupant toutes les entreprises intéressées par le projet.

Le centre continuera de fonctionner après la fin du projet. Les équipements resteront la propriété de l’association Amel et les jeunes formés pourront intervenir en tant que formateurs auprès des nouveaux bénéficiaires.

La collaboration avec les écoles publiques pourra se poursuivre, et les activités pourront se perpétuer et se développer au sein du centre Amel.

Le centre sera ouvert tous les jours. Une fois équipé, il pourra accueillir la population du quartier, et avoisinants, moyennant une participation symbolique, permettant de faire fonctionner le centre.