Qualité de l’air à Beyrouth

Objectifs de l’étude: 

Consciente du problème représenté par la pollution de l’air à Beyrouth mais ne disposant d’aucune donnée fiable lui permettant d’agir efficacement contre ce phénomène, la Municipalité de Beyrouth a sollicité en 2002 l’appui financier et technique de la Région Ile-de-France afin de développer un programme ambitieux de surveillance de la qualité de l’air dans la capitale libanaise. En dépit des fortes présomptions pesant sur la qualité de l’air dans les villes libanaises, et en particulier à Beyrouth en raison notamment de la situation de la ville au pied de la montagne, de sa topographie, du climat et de la concentration des activités humaines et des transports, aucune étude systématique sur ce sujet n’avait été menée jusqu’alors.

 

Dans ce cadre, un réseau de mesure de la pollution de fond a été installé en 2004 à Beyrouth, composé d’une station automatique et d’un dispositif de mesure discontinue par tubes ou échantillonneurs passifs. La gestion de l’ensemble du dispositif de mesure a été confiée à une équipe pluridisciplinaire de l’Université Saint-Joseph laquelle, avec le concours d’AIRPARIF, a depuis développé un savoir faire et des compétences spécifiques dans le domaine de la qualité de l’air en milieu urbain méditerranéen.

 

Les premières conclusions d’une première campagne de mesure menée entre 2004 et 2006 incriminent en particulier le trafic routier et les activités anthropiques dans Beyrouth et sa périphérie. Les deux collectivités ont convenu, fin 2006, de poursuivre, dans le cadre de leur coopération le travail engagé en matière de surveillance de la qualité de l’air dans la capitale libanaise.

 

Une deuxième phase a ainsi été lancée en 2008 consistant à :

  • développer et gérer un réseau de mesure de la qualité de l’air à Beyrouth,
  • renforcer les capacités locales en matière d’entretien et exploitation du réseau de mesure,
  • développer des outils de prévision,
  • et mettre en place des supports et des procédures d’information et d’alerte.

Ce projet est actuellement en cours d’achèvement.

 

Données de l’étude: 

Une équipe de chercheurs et de scientifiques liés à l’Université Saint-Joseph (USJ) a développé, au cours des dernières années, un savoir faire et des compétences uniques au Liban dans le domaine de la qualité de l’air en milieu urbain méditerranéen. Elle a en outre tissé des liens avec différents partenaires tels qu’AIRPARIF, dont les techniciens ont effectué plusieurs missions d’assistance technique à Beyrouth. 

 Ce projet, en partenariat avec la Municipalité de Beyrouth et l’USJ, s’inscrit dans la continuité d’une première phase développée entre 2003 et 2007 et consiste à :

- développer et gérer un réseau de mesure de la qualité de l’air à Beyrouth,

- renforcer les capacités locales en matière d’entretien et exploitation du réseau de mesure,

- développer des outils de prévision,

- et mettre en place des supports et des procédures d’information et d’alerte.